15
15/11/2016
Guerres archéologiques contemporaines

Tandis que les combats en Syrie et en Iraq continuent de faire de nombreuses victimes civiles et que les populations déplacées endurent de multiples épreuves et la perte de proches, le commerce de biens culturels pillés provenant de ces deux pays ne cesse de prospérer, soutenu en cela par des individus peu scrupuleux ou mal-informés qui souhaitent acquérir des objets de valeur du Moyen-Orient sans porter attention à leur provenance.

Ce commerce implique des fouilles illicites, le pillage de musées, de bibliothèques, de boutiques, de galeries et de maisons. Ces pièces volées et clandestinement exportées, sont souvent endommagées et perdues. Seules quelques-unes retrouvent leur lieu d’origine.

La destruction du patrimoine en Syrie et dans le nord de l’Iraq a des effets dramatiques sur le patrimoine de la région, en particulier les monuments, les lieux de culte et les collections d’archives. Ce patrimoine syrien et irakien inestimable et irremplaçable est en train d'être dévasté, alors qu'il a toujours joué un rôle central dans la mémoire collective des communautés, dans leur fierté et dans leur identité. Ces facteurs sont essentiels dans les efforts de reconstruction d’un cadre de vie pacifique et prospère, empreint de solidarité.

Didier Viviers et Ali Cheikhmous dressent l'ampleur des dégâts et dessinent quelques pistes pour tenter de sauver ce patrimoine inestimable.