50
01/02/2019
La mémoire collective, moteur de l’avenir des sociétés

L'une des questions les plus difficiles auxquelles doit répondre un pays qui est passé de l'autoritarisme et des conflits armés à une démocratie fondée sur la primauté du droit est de savoir comment la société doit gérer les atrocités et injustices du passé. Il s’agit aussi de l'une des priorités politiques de la Commission européenne pour les « sociétés inclusives, innovantes et réflexives » d'aborder « la manière dont les sociétés européennes s'interprètent elles-mêmes, leur passé et leurs aspirations collectives ». Joachim J. Savelsberg, sociologue résident de l’IEA de Paris en 2019, analyse la force de la justice pénale internationale d’un point de vue culturel et rationnel. Ana Ljubojevic, chercheuse en études culturelles, résidente Eurias* 2019 expose quant à elle comment se déroule le processus de traitement du passé au niveau individuel et sociétal, en dehors des salles d'audience et des arènes politiques.

* Programme européen coordonné par la fondation RFIEA

Mis à jour le
29/01/2019